Panier  

VirtueMart
Votre panier est actuellement vide.

Mon compte  






 

Dominique DOUAY

 

 

Douay1

Après des études de droit à Lyon puis Paris, il entre en 1970 dans l'administration trésor public. Parallèlement, il dirige l'hebdomadaire Drôme-Demain, lié au Parti Socialiste, et commence à écrire de la science-fiction : sa première nouvelle, Les Ides de Mars est publiée dans la revue Fiction en 1973, puis sa nouvelle Thomas, elle aussi publiée par Fiction, remporte le Grand Prix de la science-fiction française en 1975.

Durant les années 1970, il publiera une dizaine de romans et de recueils de nouvelles dans la mouvance de la science-fiction politique de gauche de cette époque, à l'instar de Jean-Pierre Andrevon et Joël Houssin : il participe par exemple aux anthologies Banlieues rouges (Éditions Opta, 1976), Retour à la terre 2 (Éditions Denoël, 1976), et Planète socialiste (Éditions Kesselring, 1977). Pendant la même période, il publie également de nombreuses nouvelles, tant dans la presse spécialisée (FictionGalaxieUnivers…) que dans les quotidiens (Libération ou Le Monde) et écrit de nombreuses critiques, notamment pour Politique Hebdo et (À suivre) dont il devient un collaborateur régulier au cours des années 1978-1982.

En 1981, il entre au cabinet de Georges Fillioud, ministre de la Communication dans les gouvernements de Pierre Mauroy et de Laurent Fabius, comme Chef de cabinet. En 1984, il intègre les Chambres régionales des Comptes comme magistrat, en Rhône-Alpes, puis en Polynésie française.

En 1984, il crée avec Patrice Duvic et Jean-Pierre Andrevon la collection « Fictions » aux Éditions La Découverte. Malgré sa courte existence, cette collection permettra de faire connaître de nouveaux auteurs, tant américains (notamment le mouvement « cyberpunk » avec William Gibson) que français, avec Richard Canal. Il participe également à la collection « Futurs » des Éditions de l'Aurore, avec Jean-Pierre Andrevon et George Barlow. Il reçoit le Prix spécial de la science-fiction française en 1989 pour Les Voyages ordinaires d'un amateur de tableaux (Éditions Valpress), fruit de sa collaboration avec le peintre Michel Maly, l'un des fleurons de l'École lyonnaise de peinture.

Les années 1990 marqueront une rupture provisoire avec l'écriture : il se consacre alors à l'enseignement et à la formation. Enseignement à l'université, notamment comme maître de conférence associé à l'Institut d'Études Politiques de Lyon, formation d'élus locaux et de fonctionnaires territoriaux dans les pays d'Europe de l'Est, pour le compte de l'Union européenne, puis en Afrique francophone et lusophone pour le compte de la Fondation Jean Jaurès, alors dirigée par Gérard Collomb, futur maire de Lyon. Il ne revient à l'écriture qu'en 2008 avec la nouvelle Chambre d'hôte publiée par la revue Fiction.

Comme pour Michel Jeury, une partie importante de son œuvre est marquée par l'influence de Philip K. Dick, à travers les thèmes de la folie, de l'altération de la réalité ou de la manipulation du temps.

Très attaché à la ville de Lyon, dans laquelle il réside, il décrit dans l'un de ses romans (La fin des temps, et après) des traboules permettant de voyager à travers le temps.

 

 

Ses ouvrages dans nos collections :

 

Thomas
Thomas

Sortant d'un night-club sélect de l'Avenue Georges V, Alduce se retrouve soudainement dans un endroit impossible : au centre d'une immense coupelle sous un ciel concave et sans soleil. Il y rencontre Thomas le clochard, puis d'autres personnages, connus ou inconnus, qui ne cessent de se noyer dans un sol de céramique. Alduce se trouve-t-il dans l'antichambre des Enfers ? Est-il l'objet d'une expérience inédite ? Quant à Thomas le clochard, est-il réellement humain ?

Un classique de la science-fiction française.

Grand Prix de l'Imaginaire 1975

(Uniquement en numérique)


En savoir plus >>

© 2017 - Editions Armada
   
Mardi, 17. Octobre 2017 ↑↑↑

Mentions Légales - Conditions Générales de Vente - Plan du site